Accueil > Actualités scientifiques
Le CNRS liens sites CNRS espaceur
espaceur
espaceur
espaceur espaceur espaceur
espaceur espaceur espaceur
espaceur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

espaceur

ICE MEMORY : les carottes de glace prélevées en juin en Bolivie sont bien arrivées à Grenoble !

La deuxième expédition Ice Memory de carottage-patrimoine a été conduite en juin dernier, en Bolivie, sur le glacier de l’Illimani (6432 m d'altitude). Après un voyage de 10 000 km en 50 jours, les deux carottes de glace extraites sont arrivées cet été à Grenoble, intactes au grand soulagement des coordinateurs de la logistique et du projet !

Glacier de l'Illimani, Bolivie © IRD - Patrick Ginot

 

Un périlleux voyage, une logistique à la hauteur

Prélevées dans des conditions climatiques extrêmes à 6 300 mètres d’altitude, les deux carottes de glace, de 137 et 134 mètres  - ce qui représente plus de 3 tonnes de glace,  divisées en 250 tronçons de 1 mètre, répartis dans une cinquantaine de boites isothermes - ont effectué un voyage de plus de 10 000 km : tout d’abord stockées dans une tranchée creusée dans la neige sur le glacier, elles ont ensuite été descendues de nuit, à dos d’hommes par des guides, jusqu’au camp de base à 4500 m d’altitude, puis transportées jusqu’à La Paz et conservées dans un conteneur frigorifique à –25 °C.

Ce conteneur a rejoint fin juin le port d’Arica au Chili par camion, avant de se diriger vers le Pérou puis la France en bateau. Arrivé au port du Havre le 9 août, le conteneur a terminé son voyage en camion jusqu’à Grenoble, où les carottes sont désormais stockées dans une chambre froide au Fontanil-Cornillon.

 

A gauche, stockage des carottes pendant le forage © Sarah Del Ben - Wild Touch - Fondation UGA ; au centre, transport du conteneur frigorifique jusqu'au Chili
en camion © IRD - Patrick Ginot ; à droite, contrôle de température avant embarquement sur cargo © IRD - Patrick Ginot

 

Ce transport périlleux, en raison des risques constants de rupture de la chaîne du froid, a été coordonné par l’Unité de logistique internationale services et soutien aux expériences (ULiSSE), unité de service CNRS spécialisée dans le transport et la logistique d’échantillons, de prototypes, d’appareils scientifiques…

ULiSSE a mis en place des procédés pour veiller à la stabilité de la température du conteneur pendant ces 50 jours : générateur externe et mobilisation d’un technicien pour le transport en camion ; suivi accru du transitaire, notamment à chaque étape cruciale (comme le branchement électrique du conteneur après transbordement sur le navire) et relevés de température trois fois par jour lors du trajet en mer.

 

L’aventure continue !

Faire parler la "carotte-référence"

L’une de ces carottes sera analysée en 2019 à l’Institut des géosciences de l’environnement (IGE) à Grenoble, afin de retracer jusqu’à 18 000 ans d’archives climatiques et environnementales !

En effet, par sa situation, le glacier de l'Illimani enregistre une précieuse histoire. Culminant à 6 432 mètres d’altitude, le glacier de l'Illimani se situe à la frontière entre le bassin humide amazonien et le plateau aride bolivien, juste au-dessus de la capitale bolivienne, La Paz. Suivant les saisons, l'Illimani est influencé par des masses d'air provenant principalement de l'Amazonie, mais aussi du côté aride de la Cordillère des Andes et de La Paz. Ce site enregistre ainsi une multitude d'informations, de sources différentes : évolution des précipitations, feux de végétation (côté amazonien), émissions d’origine humaine, pollution urbaine (côté « Altiplano »).

Deux mètres de neige s’accumulent chaque année sur le site de forage, ce qui permet de reconstruire ces informations avec une résolution très fine. Avec 140 mètres de profondeur et un écoulement réduit du glacier, le site préserve jusqu’à 18 000 ans d'archives climatiques et environnementales. Son étude permet donc de reconstituer le passé de cet environnement jusqu’au dernier maximum glaciaire.

Des "carottes-patrimoine" pour la postérité

La deuxième carotte alimentera la première banque mondiale d’archives glaciaires, issues de glaciers menacés par le réchauffement climatique, qui sera construite sur la base Concordia en Antarctique, à partir de 2020.

Les équipes internationales engagées dans l’initiative ICE MEMORY préparent par ailleurs d’autres forages sur différents glaciers du monde et travaillent avec l’UNESCO pour construire la gouvernance à long terme de ces archives climatiques uniques pour les générations futures.

 


Reportage France 3

 

Contacts

Jérôme Chappellaz, directeur de recherche CNRS à l'IGE, porteur du projet Ice Memory : jerome.chappellaz@univ-grenoble-alpes.fr

Stéphanie CHATELAIN, responsable d'exploitation ULiSSE :  04 50 11 08 11 l stephanie.chatelain@ulisse.cnrs.fr

espaceur
icônes espaceur
espaceur espaceur espaceur espaceur
pointilles
Lettre Hebdo

CNRS Hebdo

pointilles
extranet

    Extranet de la     délégation

pointilles
intranet

    Intranet du CNRS

pointilles

Le CNRS en région

pointilles

Rechercher

sur le site de la délégation

 
 

pointilles
espaceur
  connection espaceur
Le CNRS Le CNRS Annuaires Mots Clefs du CNRS Autres sites Accueil Accueil Imprimer Contact Crédits Copier URL Plan du site