Accueil > Actualités scientifiques > Archives
Le CNRS liens sites CNRS espaceur
espaceur
espaceur
espaceur espaceur espaceur
espaceur espaceur espaceur
espaceur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

espaceur

Pose de la 1ère pierre du bâtiment Nanosciences de l'Institut Néel

Publié le 4 octobre 2011

Lundi 3 octobre au soir, a eu lieu la cérémonie de pose de la 1ère pierre du bâtiment Nanosciences de l'Institut Néel. Placée sous la présidence d'Alain Fuchs, représenté par Bertrand Girard, directeur de l'institut de physique du CNRS, cette soirée a été le moment fort de la journée avec l'enfouissement de la capsule temporelle présentée quelques heures plus tôt à l'ensemble des personnels du site. De nombreuses personnalités étaient présentes aux côtés de Bertrand Girard, de Jérôme Vitre, délégué régional et d'Alain Schuhl, directeur de l'Institut Néel pour célébrer la construction de ce bâtiment aux propriétés techniques extraordinaires.
Ce fut, pour l'ensemble des invités, l'occasion de mesurer le chemin parcouru pour concevoir ce bâtiment financé dans le cadre du CPER 2007 - 2013. Ce bâtiment est l'un des premiers de l'ensemble des nouveaux lieux de recherche et d'enseignement supérieur qui seront construits dans le cadre de GIANT sur la presqu'île scientifique.


Le bâtiment Nanosciences de l'Institut Néel

© Architecte Philippe Jammet

Destiné à abriter des expériences ultra-sensibles à l'environnement qui les entoure, le bâtiment Nanosciences a été spécialement conçu pour limiter au maximum les vibrations mécaniques et les perturbations électriques, acoustiques, thermiques, hygrométriques et magnétiques.
Financé dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région (CPER 2007-2013), ce nouveau bâtiment aux caractéristiques exceptionnelles permettra aux équipes de recherche du laboratoire de rester au plus haut niveau mondial dans des domaines aussi variés que l’information quantique, la cristallogenèse, la microscopie, l’optique et la nanofabrication.

Les nanosciences font partie des recherches phares de l'Institut Néel qui développe et utilise des équipements scientifiques spécifiques permettant de fabriquer, d’observer et d’étudier des échantillons de plus en plus petits, qui tendent vers l’échelle atomique.

Cependant à ce jour, les performances des équipements scientifiques sont limitées par les caractéristiques intrinsèques des locaux qui les abritent en termes de vibrations, d’acoustique, de contrôle de l’atmosphère (stabilité de température, hygrométrie) ou de perturbations électromagnétiques. Il a donc été décidé de construire un bâtiment spécialement dédié à ces technologies pour lesquelles l’environnement de l’échantillon est particulièrement sensible. Les besoins des équipes de recherche ont été recensés et ont permis d’établir un cahier des charges très précis. Ainsi, le bâtiment a été conçu en fonction de ces besoins, en s’assurant que les différentes expériences ne se perturbent pas mutuellement.

La capsule temporelle

Une capsule temporelle est une œuvre de sauvegarde collective de biens et d'informations, comme témoignage destiné aux générations futures.
Deux œuvres, proposées par les personnels du site CNRS, ont été enfouies dans la capsule temporelle, elles sont intitulées « Mémoires humaines » et « Mémoire de diamant ».

« Mémoires humaines » est un livret contenant 13 portraits de personnes qui travaillent sur ce site. Les hommes et femmes qui figurent dans ce livret ont tous répondu aux mêmes questions, les amenant à témoigner sur leurs activités dans les unités du CNRS, leurs visions sur Grenoble, la France et enfin, sur l’actualité internationale.

« Mémoire de diamant » est un substrat monocristallin de silicium (50 mm de diamètre et 0,25 mm d’épaisseur). Ce disque est recouvert d’une fine couche de diamant sur laquelle sont gravées, grâce plusieurs techniques,  des informations (images, textes, motifs et symboles) lisibles à plusieurs échelles (centimétrique, micrométrique et nanométrique). Cet objet retrace la richesse des recherches menées à l’Institut Néel et devra permettre aux générations futures de qualifier la technologie actuelle.

La soirée en images

A la suite des allocutions officielles, les personnalités sont montées sur le massif en béton de quelques milliers de tonnes pour procéder à l'enfouissement de la capsule temporelle.
De g. à d. : les ouvriers ; F. Perissat, secrétaire général de la préfecture de l'Isère ; O. Audéoud, recteur de l'académie de Grenoble ; B. Girard, directeur de l'INP du CNRS ; J. Vitre, délégué régional du CNRS Alpes ; Geneviève Fioraso, députée de l'Isère ; H. Blanchard, conseillère régionale ; A. Schuhl, directeur de l'Institut Néel

La grue amène au dessus du massif le récipient contenant environ 1 m3 de béton, béton destiné à enfouir la capsule temporelle.

Les personnalités tirent la bobinette et le béton choit.

Le béton se déverse sur le coffret en bois dans lequel est confinée la capsule temporelle. Un deuxième récipient sera nécessaire pour le recouvrir entièrement.

Olivier Audéoud, Bertrand Girard et Frédéric Perissat s'assurent que la capsule temporelle est bien noyée sous le béton.
© CNRS / L. Revellin-Falcoz



espaceur
icônes espaceur
espaceur espaceur espaceur espaceur
pointilles
Lettre Hebdo

CNRS Hebdo

pointilles
intranet délégation

    Intranet de la     délégation

pointilles
intranet

    Intranet du CNRS

pointilles

Le CNRS en région

pointilles

Rechercher

sur le site de la délégation

 
 

pointilles
espaceur
  connection espaceur
Le CNRS Le CNRS Annuaires Mots Clefs du CNRS Autres sites Accueil Accueil Imprimer Contact Crédits Copier URL Plan du site